Seduction Muette

Seduction muette.png

La fille a croisé les jambes, en remontant sa jupe, et je me suis dit qu’il fallait mourir pour connaitre le paradis.
Contes de la folie ordinaire – Charles Bukowski

Continuer la lecture de Seduction Muette

Publicités

Stranger

stranger.png

A travers le mal, qui est à la surface, le beau, qui est au fond, agit. Forma, la beauté. Le beau, c’est la forme. Preuve étrange et inattendue que la forme, c’est le fond. Confondre forme avec surface est absurde. La forme est essentielle et absolue ; elle vient des entrailles mêmes de l’idée. Elle est le Beau ; et tout ce qui est beau manifeste le vrai.
Proses philosophiques (1901-1937), Utilité du Beau de Victor Hugo

Continuer la lecture de Stranger

Cannibale

Cannibale.png

L’amour, le vrai, est cannibale et destructeur. En vérité, il tue. Posséder l’autre, c’est le faire mourir. Etre possédé, c’est mourir aussi. Les vrais amants se détournent du monde. Ils s’enferment pour mourir.
De nouveaux lieux communs (1994), La fidélité de Serge Bouchard

Continuer la lecture de Cannibale

Juste un verre

Juste un verre.png

La nuit je mens Je prends des trains à travers la plaine La nuit je mens Je m’en lave les mains J’ai dans les bottes des montagnes de questions Où subsiste encore ton écho Où subsiste encore ton écho.
Paroles La nuit je mens – Alain Bashung

Continuer la lecture de Juste un verre

Blue City

Blue City.png

Quand on se met en couple, chacun vient avec un sac à dos plein de pierres. Les pierres représentent notre passé et conditionnent qui nous sommes aujourd’hui. Pour certains, le sac à dos est plus lourd à porter que pour d’autres. Nous n’avons pas tous vécu les mêmes choses, ni eu la même relation avec notre père, notre mère, nos frères et sœurs.
En voiture, Simone ! de Aurélie Valognes – Aurélie Valognes

Continuer la lecture de Blue City

Sous la lumière divine

sous la lumière divine V2

Toujours dans une grotte, la Grotte des Fées près de Montpellier où l’on circule entre des murs de quartz, le cœur retarde quelques secondes de battre au spectacle de ce manteau minéral gigantesque, dit manteau impérial , dont le drapé défie à jamais la statuaire et que la lumière d’un projecteur couvre de roses, comme pour qu’il n’ait rien à envier, même sous ce rapport, au pourtant splendide et convulsif manteau fait de la répétition à l’infini de l’unique petite plume rouge d’un oiseau rare que portaient les anciens chefs hawaïens.
L’amour fou, andre breton, édition gallimard, 1976 (isbn 978-2070367238), p. 16 – roman – André Breton

Continuer la lecture de Sous la lumière divine