Deshabillez moi

Deshabillez moi.png

Cette nuit-là, elle s’endort avec les fleurs. L’homme la déshabille avec précaution, déplie un par un les pétales puis les dispose sur sa peau nue comme les écailles d’un poisson, puzzle végétal formant un manteau de cérémonie qu’il prend soin de parfaire, murmurant de temps à autre, ne bouge pas tu veux, alors qu’elle avait sombré depuis longtemps dans un délice cataleptique, ornée et soignée comme une reine.
Réparer les vivants (2013) de Maylis de Kerangal

Continuer la lecture de Deshabillez moi

Publicités

Collaboration secrète

Ange et demon.png

La foi nous rend responsable envers nous-même, envers les autres, envers une vérité supérieure.
Anges et Démons (2000) de Dan Brown

Continuer la lecture de Collaboration secrète

Fragile

Fragile.png

L’absolu exerce sur les hommes un pouvoir de fascination non seulement par le contraste avec leur existence livrée au hasard, mais aussi par le sentiment qu’il les immunise contre la fragilité humaine.
Sur l’unité de l’esprit (1939) de Charles Langbridge Morgan

Continuer la lecture de Fragile

Jour de repos

Jour de repos.png

Est-ce cela la vie ? Toujours des émotions, toujours des alertes ! A quand donc le bonheur paisible, le repos ?
Oblomov (1859) de Ivan Aleksandrovitch Gontcharov

Continuer la lecture de Jour de repos

Impact

La chute.png

Je n’ai pas envie de ressusciter la volonté, mais plutôt de me laisser dévaster par elle. Ouvrir les vannes de ce qui arrive et qu’enfin les personnages s’enfuient, m’échappent, tentent leur suicide. Ou le meurtre de l’auteur.
Un livre s’ecrit tot le matin – Dominique Sampiero

Continuer la lecture de Impact

Scellée

scellé.png

On n’éprouve qu’une seule fois les émotions qu’éveillent une première vue, une première audition, garde-les bien, ô ma mémoire, conserves-en le parfum dans un flacon scellé, et dépose-le en un lieu sûr.
Le Professeur (1858) de Charlotte Brontë

Continuer la lecture de Scellée

Conversation Téléphonique

Conversation téléphonique.png

Je n’ai que quelques minutes, mais je te téléphone dès que je peux. Je suis un homme nouveau, tu me répares, tu me permets de m’aimer, je me sens beau, mon amour, que c’est bon d’être aimé. C’est à toi que je dois tout cela.
L’art de conjuguer les hommes mariés de Eva Kavian

Continuer la lecture de Conversation Téléphonique