Hard

new punk.png

J’adore et admire tous ceux qui sont différents. J’aime ça. Le «jet set» est banal. Le «bon goût» est banal. L’excentricité est chic. Le bon goût paralyse. Mais la mode du punk ou de la rue ou un corps couvert de tatouage, c’est intéressant pour moi, et j’adore. Je ne suis pas allé à l’école de la mode. J’ai appris à regarder des émissions de couture à la télévision et à lire des magazines. Cela m’a fait rêver. 

Jean-paul Gaultier

Continuer la lecture de Hard

Publicités

Je suis là….

Je suis là.png

Pour les promenades à cheval, une grande forêt de pins s’étendait jusqu’au bord de la mer, sur des terrains jadis recouverts par les eaux et où les flottes romaines avaient jeté leurs ancres. C’était la Pineta de Boccace, le bois immémorial de Ravenne, où les chiens du Chasseur fantôme poursuivaient éternellement la Dame qui avait méprisé l’amour. Byron aima cette solitude sylvestre et marine, qu’animait le bruit des cigales.

Don juan ou la vie de byron (1952), andre maurois, édition grasset, coll. les cahiers rouges, 2006 (isbn 2-246-14564-3), chevalier servant, p. 354 – don juan ou la vie de byron, 1952 – André Maurois

Continuer la lecture de Je suis là….

Stranger

stranger.png

A travers le mal, qui est à la surface, le beau, qui est au fond, agit. Forma, la beauté. Le beau, c’est la forme. Preuve étrange et inattendue que la forme, c’est le fond. Confondre forme avec surface est absurde. La forme est essentielle et absolue ; elle vient des entrailles mêmes de l’idée. Elle est le Beau ; et tout ce qui est beau manifeste le vrai.
Proses philosophiques (1901-1937), Utilité du Beau de Victor Hugo

Continuer la lecture de Stranger

Escale

Escale.png

J’ai choisi ce métier pour aller chercher des notes de musique en mer, pour aller danser un soir d’escale à Fortaleza. Je fais confiance au voyage pour qu’il me conduise dans le tourbillon émotionnel du monde.
Ocean’s Songs (2008) de Olivier de Kersauson

Continuer la lecture de Escale

Cannibale

Cannibale.png

L’amour, le vrai, est cannibale et destructeur. En vérité, il tue. Posséder l’autre, c’est le faire mourir. Etre possédé, c’est mourir aussi. Les vrais amants se détournent du monde. Ils s’enferment pour mourir.
De nouveaux lieux communs (1994), La fidélité de Serge Bouchard

Continuer la lecture de Cannibale

Il n’y a que la rose….

Cérémonie.png

Et son sourire est un bouquet de roses rouges, son visage un paysage givré de carte de Noël, ses cheveux l’onde de la nuit déployant ses étoiles.
Comptines assassines – Pierre Dubois (auteur)

Continuer la lecture de Il n’y a que la rose….