Deshabillez moi

Deshabillez moi.png

Cette nuit-là, elle s’endort avec les fleurs. L’homme la déshabille avec précaution, déplie un par un les pétales puis les dispose sur sa peau nue comme les écailles d’un poisson, puzzle végétal formant un manteau de cérémonie qu’il prend soin de parfaire, murmurant de temps à autre, ne bouge pas tu veux, alors qu’elle avait sombré depuis longtemps dans un délice cataleptique, ornée et soignée comme une reine.
Réparer les vivants (2013) de Maylis de Kerangal

Continuer la lecture de Deshabillez moi

Publicités

Señorita

Senorita v2.png

C’est le tango des récompenses
Qui allaient à ceux qui ont la chance
D’apprendre dès leur enfance
Tout ce qui ne leur servira pas.
Rosa (1962) de Jacques Brel

Continuer la lecture de Señorita

Stranger

stranger.png

A travers le mal, qui est à la surface, le beau, qui est au fond, agit. Forma, la beauté. Le beau, c’est la forme. Preuve étrange et inattendue que la forme, c’est le fond. Confondre forme avec surface est absurde. La forme est essentielle et absolue ; elle vient des entrailles mêmes de l’idée. Elle est le Beau ; et tout ce qui est beau manifeste le vrai.
Proses philosophiques (1901-1937), Utilité du Beau de Victor Hugo

Continuer la lecture de Stranger