Love-me

Love me

Il était Armstrong sur la Lune. Ce baiser était un si grand pas pour son humanité.
La Délicatesse (2009) de David Foenkinos

Continuer la lecture de Love-me

Publicités

Erotic Play

Erotic Play Censured.png

L’amour est bien autre chose qu’une flambée de désir, que performances érotiques, mais plutôt un ferment de connivences charnelles, affectives, morales, intellectuelles, capable de résister aux décennies, à cause de la sécurité des sentiments qui le fomentent et l’alimentent.
L’erotisme et l’amour de René Étiemble – Étiemble

Continuer la lecture de Erotic Play

Desert

 

Prudence

Pour tout ce que le désert prend à l’homme il donne une contrepartie, des respirations profondes, un sommeil profond et la communion des étoiles. Il nous vient à l’esprit avec une force renouvelée, dans les silences de la nuit
Le pays des petites pluies – Mary Hunter Austin

Continuer la lecture de Desert

White Univers

Sterile

Etre libre et seul, c’est oublier le temps présent. C’est retrouver en soi un univers à part qui vous appartient en propre et que vous n’avez livré à personne.
Les militants (1974) de Alice Parizeau

Continuer la lecture de White Univers

Ocean

Ocean

Il y a des gens qui ne vivent que sur le déclin. Ils couchent avec la mort. Et d’autres prennent le large, s’aventurent et voyagent, vont, volent et viennent, vivent dans les vibrations du monde, les nuages et le vent, les déserts et les océans, la banquise en danger, les tarmacs brûlants, les pentes douces et les horizons abrupts.

La langue chienne de Hervé Prudon – Hervé Prudon

Continuer la lecture de Ocean

Mademoiselle Rose

Mlle Rose.png

Écarquille tes yeux à la beauté des choses ; Nourris-toi du parfum de la femme et des roses ; Bois comme un banc de sable, et sois bon comme un chien, Et tâche de mourir bien.
La Muse gaillarde de Raoul Ponchon

Continuer la lecture de Mademoiselle Rose

Big Bang

Big Bang.png

La vitesse est la forme d’extase dont la révolution technique a fait cadeau à l’homme. Contrairement au motocycliste, le coureur à pied est toujours présent dans son corps, obligé sans cesse de penser à ses ampoules, à son essoufflement ; quand il court il sent son poids, son âge, conscient plus que jamais de lui-même et du temps de sa vie. Tout change quand l’homme délègue la faculté de vitesse à une machine : dès lors, son propre corps se trouve hors du jeu et il s’adonne à une vitesse qui est incorporelle, immatérielle, vitesse pure, vitesse en elle-même, vitesse extase.

La Lenteur – Milan Kundera

Continuer la lecture de Big Bang