Après le Chaos…


Après le chao

Transgressez les codes. Affranchissez-vous de vos trajectoires balisées et sagement formatées. Soyez vous, vraiment. Si tout le monde le fait ce sera alors le chaos, c’est vrai, mais putain ce que ce sera bon. Personne n’a jamais dit que le paradis c’était l’ordre. L’ordre, les lois impérieuses, les contraintes morales, idéologiques, les obligations de comportement, les frustrations, les souffrances, tout ça c’est l’enfer. Vous n’avez donc pas compris ? Vous vivez en enfer.
Le Coma des mortels – Maxime Chattam

Continuer la lecture de Après le Chaos…

Publicités

Fragile

Fragile.png

L’absolu exerce sur les hommes un pouvoir de fascination non seulement par le contraste avec leur existence livrée au hasard, mais aussi par le sentiment qu’il les immunise contre la fragilité humaine.
Sur l’unité de l’esprit (1939) de Charles Langbridge Morgan

Continuer la lecture de Fragile

After the cataclysm…

Après la fonte des glaces.png

Cette mémoire des Justes est un trésor dont la sauvegarde est d’autant plus précieuse que le monde où nous vivons me semble menacé, non seulement par le désordre climatique, mais par le retour des intégrismes, après un demi-siècle où l’on avait pu se bercer du sentiment que la tolérance et l’œcuménisme étaient en progrès.
Une Vie – Simone Veil

Continuer la lecture de After the cataclysm…

Juste un verre

Juste un verre.png

La nuit je mens Je prends des trains à travers la plaine La nuit je mens Je m’en lave les mains J’ai dans les bottes des montagnes de questions Où subsiste encore ton écho Où subsiste encore ton écho.
Paroles La nuit je mens – Alain Bashung

Continuer la lecture de Juste un verre

Dance with me

dance with me.png

Alors elle danse.Il faut qu’elle trace,avec son corps,les lignes qui permettent d’intégrer l’espace.Seule la beauté du mouvement peut la sauver.
Laver les ombres – Jeanne Benameur

Continuer la lecture de Dance with me

Quand on marche en ville

in the city.png

Il faut qu’une femme ait des parties secrètes pour qu’on les désire. Une femme qui se promènerait nue au marché, personne ne courrait derrière elle, même si elle était d’une grande beauté. Si elle n’a rien sur les reins, le cœur de l’homme ne la désire pas. La femme ornée de parures, les hommes la veulent même si elle n’est pas belle. Une femme très belle sans ornements, les hommes s’en détournent.
Dieu d’eau : entretiens avec Ogotemmêli – Livre de Marcel Griaule de Ogotemmêli

Continuer la lecture de Quand on marche en ville

Femme Fatale

Femme Fatale.png

La jeune femme lui jeta un coup d’oeil distrait. Elle s’ennuyait à périr. Une journée de plus dans cette ville sinistre, où elle était contrainte de séjourner depuis plusieurs jours, lui paraissait une épreuve insurmontable.

Le Cavalier blanc (2013) de Peter Berresford Ellis, dit Peter Tremayne

Continuer la lecture de Femme Fatale